L'hystérosalpingographie au centre d'imagerie médicale et service de radiologie ZOLA, Brest

Service de radiologie
de la clinique de
Keraudren

Le principe de l'hystérosalpingographie

Le principe de l'hystérosalpingographie

L’Hystérosalpingographie est un examen radiologique de l'appareil génital interne de la femme réalisé sous injection de liquide iodé opaque aux rayons X. Son intérêt dans le bilan de fertilité est capital car il permet l'exploration de l'utérus mais surtout des trompes.


 L'hystérosalpingographie va permettre ainsi de dépister certaines anomalies utérines ou tubaires :

  • Obstruction des trompes
  • Malformations utérines : utérus bicorne utérus cloisonné.
  • La présence de polype, de synéchie ou de fibrome.

Mais elle permet aussi de détecter les dysfonctionnements ou des anomalies susceptibles d'entrainer une infertilité totale ou partielle, puisqu'elle permet d'évaluer la perméabilité tubaire c'est-à-dire la liberté de passage existant entre le pavillon de la trompe, la trompe elle-même puis la cavité utérine.

 

Il est important de diagnostiquer de tels dysfonctionnements puisque pour qu'il y ait fécondation l'ovocyte doit pouvoir gagner le tiers externe de la trompe à partir de l'ovaire qui l'a pondu et les spermatozoïdes doivent pouvoir traverser en sens inverse l'utérus, puis les trompes à partir du vagin lieu de leur émission.

Enfin L'hystérosalpingographie permet également de dépister des lésions cancéreuses de l'utérus qu'il faudra explorer par la suite à l'aide d'autres examen para-cliniques.

 

 

Le déroulement de l'examen

La patiente est installée sur une table gynécologique, on introduit un petit tube souple stérile dans l'utérus de façon à injecter un produit iodé radio-opaque.

Plusieurs clichés radiologiques sont alors effectués. L'examen dure en moyenne un quart d'heure. Au total 6 clichés sont pris en routine ; mais ils peuvent être complétés par d'autres incidences en cas de besoin.

Evacuation tardive : si les trompes sont normales elles ne doivent plus être visibles sur ce cliché. Si le produit de contraste persiste au niveau des trompes il existe alors une anomalie pavillonnaire telle qu'un phimosis ( accolement des franges de la trompe gênant le passage vers la cavité péritonéale.).

Les contre-indications

Deux contre indications sont absolues :

 

1. L'infection génitale

Il existe, dans ce cas, un risque de flambée infectieuse. Lors d'antécédents d'infection génitale pour certains ou de façon systématique pour d'autres, une antibioprophylaxie sera proposée.

 

2. La grossesse

L'hystérosalpingographie sera effectuée après les règles ou après un test de grossesse négatif.

 

L'intolérance à l'iode n'empêche pas l'examen mais impose une prémédication. Les réactions sont rares car le produit est injecté par voie cervicale et non par voie intraveineuse.


Les produits de contraste utilisés en France sont hydrosolubles et permettent d'obtenir des images assez fines.

 

 

CLINIQUE DE KERAUDREN

375, rue Ernestine de Trémaudan
29200 Brest

02 98 44 40 47

02 98 34 29 19